18 novembre 21 – « Croissance verte » ou décroissance : imaginaires économistes et formes des transitions

avec Hélène Tordjman et Timothée Parrique

de 14h à 17h, salle Chevrier (3e étage, bâtiment Droit-Lettres, côté Droit)


Le débat sur la décroissance a été relancé à la rentrée 2021 après des décennies de silence et de déni, poussé par la force des choses alors que le dernier rapport du GIEC conclut comme prévu que « le changement climatique se généralise, s’accélère et s’intensifie ». Les pires prévisions et alertes répétées depuis des décennies ne cessent de se confirmer, alors que s’impose l’urgence d’une réduction massive des émissions de CO2, c’est-à-dire de la plupart des flux de matières qui constituent le fondement de nos existences. Dans la théorie économique dominante, la décroissance était un concept tabou, experts et gouvernements privilégiant d’autres expressions rassurantes comme « développement durable » ou « croissance verte ». D’abord « mot obus » chargé de rompre avec les imaginaires et paradigmes dominants, la décroissance devient désormais  un programme de recherche académique qui mobilise des économistes, des ingénieurs, mais aussi des chercheurs en philosophie et en sciences sociales soucieux d’approfondir l’analyse et d’en faire la base d’un véritable projet de société frugale, conviviale, plus juste et démocratique, et en harmonie avec la nature, où le bien être ne dépendrait plus de la seule production matérielle.

L’enjeu de cette séance qui réunira deux économistes qui contribuent activement à ce débat, est de revenir sur l’analyse de la croissance économique et sur la question du découplage, et de comprendre pourquoi la “croissance verte” est d’abord un nouvel oxymore. En disséquant les ressorts idéologiques, techniques et économiques de ce nouveau régime de « croissance verte », on peut montrer que ses promoteurs s’attachent à sauvegarder le modèle industriel dominant à l’origine de la catastrophe en cours. Loin d’opérer la rupture nécessaire avec le système économique, ce mouvement témoigne en réalité d’une volonté de maîtrise et d’instrumentalisation de toutes les formes de vie sur Terre et d’une foi inébranlable dans les mécanismes de marché. Refuser cette fuite en avant est le premier pas à engager pour tracer enfin une autre voie.


Hélène Tordjman  est économiste, maîtresse de conférences HDR à l’université Sorbonne Paris-Nord et membre du Centre de recherche en économie de Paris Nord (CEPN, UMR-CNRS 7234). Elle a publié en 2021, à la Découverte, La croissance verte contre la nature. Critique de l’écologie marchande.

Timothée Parrique est économiste et auteur d’une thèse sur l’économie politique de la décroissance (2019).


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search