29 septembre 2021 – Rencontres des luttes dignes contre le colonialisme énergétique

Avec trois défenseur.euse.s du territoire de l’Isthme de Tehuantepec (Mexique) en lutte contre l’extractivisme des projets éoliens industriels dans la communauté zapotèque de Union Hidalgo et contre les mines à ciel ouvert dans la forêt des peuples zoques des Chimalapas


Horaire : de 14h à 16h

Lieu : Amphithéâtre de la Maison des Sciences de l’Homme, université de Bourgogne, 6 Esp. Erasme, 21000 Dijon


L’Atelier « Penser les transitions » du LIR3S est heureux d’accueillir le 29 septembre 2021 une délégation de l’Isthme de Tehuantepec, au Mexique, afin d’évoquer et présenter les luttes en cours contre le colonialisme énergétique et les fausses transitions.

Reconnue comme l’une des régions les plus venteuses au monde, l’Isthme de Tehuantepec, situé dans l’État de Oaxaca au sud du Mexique, est en effet devenu l’eldorado des multinationales de l’énergie renouvelable. Protégées par le discours de l’énergie “propre” et de la “transition énergétique”, ces grandes entreprises envahissent les terres des populations indigènes en y installant des parcs éoliens industriels par dizaine depuis plus de deux décennies.

Trois défenseur.euse.s du territoire de l’Isthme de Tehuantepec, membres de l’assemblée des comuner@s d’Union Hidalgo et participant.e.s à la résistance contre l’extractivisme et le dernier projet éolien d’EDF sur leurs terres, seront présent.e.s en France de mi-août à fin septembre dans le cadre d’une tournée organisée par le collectif Stop EDF Mexique. Leur venue sera l’occasion de questionner les dynamiques coloniales et capitalistes à l’œuvre derrière le discours de l’énergie « propre » et de la transition écologique, en interrogeant les liens entre renouvelable industriel, extractivisme et dépossession du territoire.

En quoi les agissements de multinationales du renouvelable à l’international s’apparentent à un colonialisme vert ? Comment penser une transition énergétique d’un point de vue populaire et décolonial ? Comment sortir le thème de l’énergie du cercle des experts, des politiques et de la seule rhétorique technique pour en faire aussi une question sociale ? Comment repenser l’énergie et quelles sont les alternatives énergétiques collectives et solidaires qui existent déjà ?

Il nous semble plus que nécessaire pour sortir de l’impasse dans laquelle nous nous trouvons de penser une nouvelle dynamique d’organisation sociale qui arrive à se détacher radicalement du modèle capitaliste et colonialiste actuel de production de l’énergie. Nous souhaitons que cette tournée soit un maillage de plus d’une toile de résistances internationales en devenir : celles qui construisent des alternatives par le bas au modèle énergétique actuel et font vivre une écologie réelle, résolument sociale et décoloniale.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search