25 février 2021 – Les écomusées dans la transition

Lieu : université de Bourgogne, Dijon – 2 bd Gabriel – Salle 319 (3e étage du bâtiment Droit). Accès/informations pratiques ici.

Inscription obligatoire pour les auditeurs : lir3s@u-bourgogne.fr

Consignes sanitaires en vigueur : 

  • Port du masque obligatoire, y compris pour l’orateur (pas de visière).
  • Gel hydro-alcoolique fourni par le LIR3S.
  • Liste d’émargement des participants (communicants et public) à fournir au secrétariat du LIR3S à l’issue de la manifestation.

Horaire : de 14 h. à 17 h.

Séance animée par Vincent Chambarlhac (LIR3S UMR CNRS uB 7366)


Présentation

Les musées de société (et significativement les écomusées) sont aujourd’hui en crise, interrogés sur leurs dynamiques, leurs fondements. D’aucuns lisent dans cette crise une mutation, une interrogation renouvelée de la place de l’ethnographie muséale dans l’horizon de ses réceptions sociales et politiques. S’attachant à des exemples bourguignons et franc-comtois notamment, cette séance de l’atelier entend lire cette « crise » dans l’horizon des processus transitionnels. L’hypothèse d’analyse s’énonce ainsi : au détour des processus de désindustrialisation, au jeu du productivisme agricole et du remembrement, comme dans le climat intellectuel des années 68 ou dans le jeu des redécoupages territoriaux, le musée de société, et principalement l’écomusée, s’est imposé comme un dispositif apte à ancrer ces bouleversements dans un temps longs. Ce qui faisait couture, sociabilité par le travail, devenu obsolète, se rabattait sur le plan des objets muséaux, des traditions conservées, sinon inventées. Dispositif transitionnel, l’écomusée donnait à voir la permanence fictionnelle d’un territoire dont il était pôle. La mutation touchait jusqu’aux parcours de vie, parfois, d’ouvriers au chômage, transformés en guide d’un patrimoine qui auparavant n’était que cadre de leur activité salariée et sociabilités que celle-ci engageait. Les propositions ethnographiques et muséales de Georges-Henri Rivière, déjà testées en Bourgogne sur la question du vin au moment où le productivisme triomphait dans les vignes, ont intellectuellement consacrées ce dispositif politique du musée comme objet transitionnel. La crise actuelle n’en est que l’effet, soulignant sans doute que la transition socio-politique qui présida à leur création est achevée, qu’aux traditions inventées et excipées devant les bouleversements de la séquence 1970-1990 est achevée. Reste un bâtiment, des collections d’objets, dîtes en crise, pour ne pas écrire caduques. Que faire d’un objet transitionnel quand sa fonction n’est plus ?

Programme

  • Vincent Chambarlhac, L’écomusée comme objet transitionnel. Aux alentours de l’écomusée de Pierre de Bresse

Par analogie, il est possible de penser l’instauration du musée de société – et plus particulièrement les écomusées – comme objet transitionnel en adaptant les propositions de Winicott à une lecture plus sociale. Pensé par les politiques comme une opération d’aménagement du territoire ou de ré-identificaion d’un espace à la suite d’une crise (désindustrialisation, ex. du Creusot), ou du remodelage des compétences politiques (1982, régionalisation, création de l’écomusée de la Bresse bourguignonne), le musée de société opère à la fois comme un « doudou » pour des populations ébranlées par une crise économique, ou comme un substitut de transfert identificatoire (invention de la Bresse bourguignonne). Cette logique, ancrée dans un territoire donc politiquement borné, peut aussi affecter des trajectoires individuelles : ainsi, dans le cas du musée de Jujurieux la mutation de l’ouvrier spécialisé en guide du patrimoine sur les lieux mêmes de son activité d’antan. Objet transitionnel, le musée est le nœud discursif de temporalités antagonistes. Il est ainsi moins conservatoire que chant du cygne, mauvaise conscience sociale escamotée par l’argument patrimonial. À ce jeu, le rôle des SHS comme outils de mise en scène mérite l’attention critique.

  • Noël Barbe (CNRS et DRAC de BFC) et Nayeli Palomo, L’écomusée/musée de société, idiot utile de l’épistémologie politique des modernes ?

Avancer que l’écomusée ou le musée de société seraient les béquilles biopolitiques du bateau néolibéral, comme dispositifs qui se veulent de réparations d’évènements politiques (coup d’état chilien en 1973, assassinat des journalistes de Charlie Hebdo en 2015, par exemple) ou dans un rôle d’idiot utile des aménagements des espaces productifs capitalistiques –– musées ATP, de l’agriculture ou de l’industrie par exemple – , peut être considéré – ce sera ici le cas – comme un truisme, même si cela a été peu énoncé.

Pour autant, peut-être faudrait-il commencer par une archéologie de ces catégories d’écomusée (adoptée en 1971 par le Conseil international des musées-Unesco) et de musée de société (réglée en 1991 aux raisons de l’État français), tant elles procèdent par nivellement et agrégation de dispositifs divers, comme de formes différentes de politisation/dépolitisation. A s’interroger sur les horizons et champs d’expériences de leurs créateurs comme de ceux qui les administrent, au-delà de certaines collections ressemblantes voire redondantes, plus qu’à une similitude absolue ou à de radicales différences, c’est peut-être à une série d’écarts différentiels que nous serions confrontés. Sans compter que de telles catégories permettraient d’opérer un départage entre les musées qui seraient de société et ceux qui n’en sont pas.

Dans le cadre de cette séance, à partir de différents exemples régionaux (franc-comtois et bourguignons, rhônalpins), nationaux (le projet musée du XXIe siècle) et étrangers (Chili), il s’agira, premier mouvement, d’explorer différentes opérations et pratiques à l’œuvre que l’on peut référer à une épistémologie politique des modernes – l’un des membres d’équipage du bateau – soit des opérations d’essentialisation et de naturalisation (territorialisme méthodologique, construction nationalitaire, dispositif inventorial), de représentation et d’alphabétisation des objets, de production dépolitisante de sujets faibles, de linéarisation du temps.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search