Jardins de l’Engrenage : appel à signer la pétition contre le projet de construction « Garden State », à Dijon

Le 17 juin dernier débute, au nez et à la barbe du promoteur Ghitti et de la mairie de Dijon, une (re)prise de terre au 67 avenue de Langres. En quelques heures, trois hectares promis à une opération immobilière changent soudainement de paradigme. D’un futur bétonné comme seul horizon, la terre reprise par 300 personnes en cette journée d’« Appel national contre la réintoxication du monde » se voit dessiner un avenir potager. Le collectif du Jardin de l’Engrenage est né, bien décidé à s’opposer dans ce quartier dijonnais en voie de minéralisation déjà bien avancé, au projet « Garden State ».

Derrière ce triste et éculé anglicisme, qui rappelle que l’imagination des services marketing n’est décidément pas si fertile, se cache un mastodonte de 330 logements haut de sept étages. Un bloc de plus parmi les blocs de béton qui ne cesse de pousser dans et autour de Dijon. Des opérations immobilières qui sous couvert de création de logements dissimulent pour la plupart de juteux profits économiques pour les uns, politiques pour les autres. A ce petit jeu, le maire François Rebsamen est passé maitre. D’autant que chaque nouvel habitant de gagné est aussi pour l’édile dijonnais une occasion d’afficher le supposé dynamisme d’une métropole attirant toujours plus de monde. Mais cette course effrénée à la métropolisation, aux airs de grenouille voulant se faire plus gros qu’un bœuf, à un coût, climatique, environnemental et finalement social. Un coût écologique global dont le « Garden State » n’est qu’un nouvel avatar, un avatar de trop pour le collectif du Jardin de l’engrenage.

Deux mois après le début de l’occupation, l’espace provisoirement soustrait à l’appétit du promoteur est devenu un vaste jardin potager collectif. Un pied de nez supplémentaire à Ghitti qui sur son site décrit aimablement la parcelle comme une friche insalubre « dépourvu de terre arable » … Mais les courges, tomates et autres carottes n’ont, semble-t-il, pas rendu plus aimable le bétonneur et le maire de Dijon. Le 24 juillet, une opération buldo policière, totalement assumée et revendiquée par un François Rebsamen désireux « de ne pas laisser s’instaurer l’anarchie à Dijon », réveillait zadistes et habitants du quartier. Malgré trois tractopelles toutes chenilles dehors et une escouade de policiers municipaux, la manœuvre tournait au fiasco face à la résistance des occupants.

Les quelques semaines de répit gagnées depuis pourraient cependant ne pas suffire face à la détermination des rois du béton et de la métropole réunis. Mercredi 26 aout, la mairie de Dijon a donné rendez-vous au collectif au tribunal, pour un référé visant à obtenir sur le terrain judicaire, l’expulsion des habitants du Jardin de l’engrenage. Le collectif appelle toutes celles et tous ceux qui le peuvent à les soutenir par leur présence à 9h face à la Cour d’Appel de Dijon et à signer la pétition « Contre le projet de construction « Garden State »- Pour la préservation des espaces de biodiversité dans les quartiers de la ville ».


Déclaration du collectif

Nous, associations, collectifs, membres de la société civile tenons par la présente déclaration à affirmer notre préoccupation quant au projet immobilier « Garden State » situé entre les 25 et 65 avenue de Langres (visant à la création de 330

logements). Le promoteur Ghitti vend la promesse d’un projet ambitieux, qui prendrait en compte toutes les problématiques sociales et environnementales actuelles : 330 logements pour tous les budgets, une grande surface végétalisée, la création de nouveaux jardins et la conservation des jardins existants, un système de récupération d’eau de pluie qui pourra irriguer toute la terre cultivée … Le tout détaillé sur un site internet à l’esthétique « fait-main » et dans une démarche participative et consultative qui tiendrait compte de l’avis de tou.te.s, voilà l’image que promeuvent Ghitti, la mairie de Dijon et Dijon Métropole. Pourtant, à y regarder de plus près, la réalité est bien moins verte.

La plantation des Jardins occupés de l’Engrenage a débuté le 17 juin dans le cadre d’une manifestation nationale contre la « réintoxication du monde ». Première action collective depuis le confinement pour nombre de citoyens en quête du fameux « monde d’après ». L’occupation et la mise en culture immédiate de ces terrains posent les questions de l’urgence écologique et de la place des citoyen.ne.s dans les décisions d’urbanisation qui les concernent.

Les terrains sont promis à la vente, par la ville de Dijon pour un prix dérisoire au promoteur Ghitti, ils forment une surface de 3,5 ha (une rareté urbanistique de par sa taille et sa situation près du centre-ville qui en fait un objet d’intérêt pour les promoteurs). Le confinement – et la mise en pause des activités industrielles et commerciales, a fait ouvrir les yeux à de nombreuses personnes quant aux défis climatiques, environnementaux et sanitaires que présentent le XXIème siècle. Il n’est donc plus question de remettre en doute la nécessité de retrouver des espaces végétaux, particulièrement en ville.

Le réel intérêt de « Garden State » pour la biodiversité sonne creux. Ghitti végétalise les toits de ses immeubles, comptabilise les espaces de pelouse et se sert de la présence ancienne de jardins familiaux sur le site du projet pour gonfler le chiffre réel des espaces naturels à disposition du public. Ces maires consolations sont sans commune mesure avec la réalité biologique que représentent les arbres et les plantes qui poussent parfois depuis plusieurs dizaines d’années sur ces terrains.

Nous dénonçons également la communication malhonnête autour du projet, notamment auprès des habitant.e.s directement concerné.e.s. Entre description fallacieuse de l’état actuel des terrains et vraie occultation du projet aux usagers des jardins familiaux attenants, la dissimulation est de mise. Ce n’est qu’après avoir tenté le 24 juillet, sans succès, d’écraser à grand renfort de bulldozer le projet alternatif porté par les Jardins de l’Engrenage, que François Rebsamen s’est expliqué par voie de presse. On se demande d’ailleurs comment la ville de Dijon va se servir de la destruction d’un jardin comme argument pour la finale du concours de Ville Verte Européenne. Le promoteur a organisé dans la foulée une véritable campagne de propagande pour défendre le bien-fondé de son projet, là où aucune publicité n’avait jusque-là été publiée. Tous les moyens sont bons : « publi-info » onéreuse dans le Bien Public, flyers mensongers sur la nature des terrains distribués dans les boîtes aux lettres du quartier (ils y sont présentés comme « sans intérêt particulier pour la faune et la flore », « dépourvus de terre cultivable », en niant frontalement la présence de terres arables en grande quantité).

L’absence totale d’enquête préalable auprès des riverains nous alarme. Les consultations menées, notamment auprès des habitants et des usagers des jardins, deviennent de simples présentations au cours desquelles il est impossible d’émettre quelque réserve. Ghitti multiplie les signes qui prouvent qu’en l’absence de contestation, le nouveau plan d’urbanisme se réalise en toute opacité dans les bureaux d’architectes, dans un réel mépris de la démocratie participative.

Enfin, il est particulièrement révélateur de l’état d’esprit du promoteur et de la mairie que le projet soit validé et lancé alors que de nombreuses personnes vivent encore dans leur maison, au beau milieu de la zone du futur chantier, qu’ils soient propriétaires, locataires, ou bien occupant.e.s sans droit ni titre. Rien d’étonnant quand on sait que la mairie s’est employée à pressuriser les anciens habitant.e.s en prétextant les travaux du tram pour détruire les maison et jardins porteurs de biodiversité, sans aucun égard pour les personnes, parfois âgées, qui vivaient ici depuis toujours. Les habitants de la maison occupée du 57 avenue de Langres. Les Jardins participatifs de l’Engrenage sont une réponse à ce déni de démocratie flagrant. Grâce à sa dimension collective, sociale et environnementale, cette occupation redonne la parole aux habitant.e.s du quartier de l’avenue de Langres, dont le destin était jusqu’à présent décidé dans le silence et la complaisance des bureaux municipaux. Ce n’est effectivement pas à quelques élus et urbanistes de décider de projets si lourds de conséquences pour tous les citoyens d’une ville.

Cette situation, et tant d’autres, nous interroge sur les procédés qui gouvernent l’urbanisme dans l’agglomération dijonnaise.

La mairie n’en est plus à un paradoxe près, à l’instar de l’éco-quartier Heudelet, toujours en construction depuis le début des travaux en 2012, que l’on qualifierait plus de terrain vague jonché de bâtiments éparses que de « promenade verte » ou de « forêt urbaine » tel qu’il est décrit sur le site internet. On peut également citer le projet de destruction d’un immeuble dans le quartier Fontaine d’Ouche pour « aérer le quartier » en parallèle du projet de « densification dans les dents creuses » qui concerne les jardins de l’avenue de Langres.

Il n’y a aucune urgence à construire, nous affirmons qu’en ces temps de canicule pandémique l’heure n’est plus à la course aux profits privés, à l’abattage des arbres, au béton répandu tous azimuts. Il s’agirait plutôt de faire participer le plus grand nombre à élaborer un mode de vie urbain plus écologique et plus solidaire : des campagnes de plantations d’arbres, de jardins dans tous les quartiers, accorder des subventions aux productions locales, rénover les logements existants, …

Les jardins de l’Engrenage nous offrent un exemple édifiant : un parc, un jardin et un espace de récréation pour tou.te.s, permettant de reposer la question du rapport à l’alimentation et de réconcilier les métropolitains avec les mondes végétaux et animaux. Tout cela loin des logiques du profit, du clientélisme qui régentent depuis trop longtemps les orientations de la vie politique dijonnaise.

Les Dijonnais.es savent que les problèmes urgents de l’urbanisation aujourd’hui ne sont pas les « discontinuités dans le bâti » à combler par du béton. A l’heure où les sols se dessèchent, où la pluie ne suffit plus à irriguer la terre, à l’heure où les scientifiques de tous bords tirent la sonnette d’alarme, il convient de se poser de vraies questions quant aux interactions de la biodiversité avec la ville, de prendre des décisions en accord avec les fonctionnements des écosystèmes. Prévoir des années de travaux qui annulent 10 ans de développement de la biodiversité, troquer de vieux arbres contre des jeunes, promouvoir la création de 8000m² d’espace verts (en réalité 4000) tout en détruisant en profondeur 9000m² de sol pour construire des parkings sous-terrain, ceci n’est plus possible.

Pour toutes ces raisons, nous demandons une requalification du projet et une contre- expertise environnementale indépendante.


Pétition

Pétition contre le projet de construction « Garden State »,

Pour la préservation des espaces de biodiversité dans les quartiers de la ville

Nous, Habitants de l’agglomération dijonnaise et en particulier riverains des quartiers à proximité de l’avenue de Langres demandons l’annulation du projet de construction nommé « Garden State », voulu par la municipalité dijonnaise et porté par le promoteur Ghitti.

L’urgence climatique nous impose de préserver les terres et les arbres afin que les humains et les animaux puissent y trouver refuge. Le rôle des espaces naturels est de plus primordial dans la régulation des températures, une richesse inestimable en ces temps où la planète entière suffoque.

Nous dénonçons un chantier anti-écologique, qui sous couvert d’un projet d’architecture « vert » et « ami de l’environnement » ne préserve en rien la biodiversité et les terres arables déjà présentes sur le site. Les architectes proposent plutôt de raser les vieux arbres et de remplacer la terre par des parkings souterrains recouverts de pelouse.

Nous demandons à ce que le projet actuel de 330 logements soit rediscuté et retravaillé en préservant la biodiversité déjà présente sur le site et en prenant en compte les aspirations et les besoins des habitants d’un quartier déjà bien bétonné.

Nous dénonçons le manque d’espaces de nature et de respiration publique dans les quartiers de Dijon et de son agglomération.

Nous dénonçons le discours hypocrite de la municipalité qui se présente comme championne de l’écologie et qui

envoie cyniquement des tractopelles raser des jardins et des bosquets pour satisfaire des intérêts privés.

Nous dénonçons la politique municipale criminelle qui autorise des constructions d’immeubles sur de la terre arable sous prétexte qu’il faut « loger des gens ». Alors que de nombreuses friches industrielles ne sont pas réhabilitées, que les locations pour touristes parasitent les capacités de logement particulièrement au centre de la ville et que des centaines de logements sont vides à Dijon.

Nous dénonçons la propagande mensongère de Ghitti qui consiste à affirmer que tous les terrains sont « dépourvus de terre arable », « à l’abandon depuis de nombreuses années », « ne présentant pas d’intérêt particulier en termes de biodiversité », afin de les raser pour son profit.

Il s’agit d’un tissu de mensonges diffamatoires :

De nombreux jardins et bosquets d’arbres et de plantes sont présents sur le site, une dizaine de personnes habitent encore dans leurs maisons au beau milieu du futur projet de barre d’immeuble, et on peut trouver de nombreux papillons protégés ainsi que toute une flore et une faune en pleine santé.

De plus depuis le 17 juin, des parcelles sont occupées et mises à disposition des habitants pour faire des jardins qui produisent très bien, prouvant par là même la qualité de la terre aux endroits des cultures.

Si le site comporte effectivement quelques parcelles remblayées par des gravats qu’il importe de requalifier, généraliser cet état de fait à l’ensemble du projet est sciemment malhonnête. On peut également noter que le projet « Garden State » entend crée un « jardin public » sur la partie la plus polluée du site en ramenant de la terre, et couler sous le béton la bonne terre déjà présente, chacun pouvant juger du bénéfice écologique d’une telle opération.

Nous dénonçons le déni de démocratie qui consiste à autoriser la construction d’un si gros ensemble sans consulter

les habitants des quartiers alentours et les citoyens de la ville.

Nous demandons d’urgence une contre-expertise environnementale indépendante et compétente qui rétablisse la vérité face à la mauvaise foi des urbanistes.

Non au projet « Garden State » porté par la mairie de Dijon et le promoteur Ghitti.

Oui à la constitution d’un projet alternatif qui prenne réellement en compte l’environnement, la volonté des habitants du quartier et des citoyens de l’agglomération dijonnaise.



Citer ce billet
ateliertransitions (2020, 22 août). Jardins de l’Engrenage : appel à signer la pétition contre le projet de construction « Garden State », à Dijon. Penser les transitions. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/utph

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search