Pour les quartiers, le monde d’après est un luxe

par Mohamed Mechmache et Antoine Lagneau

avec Kaduna-Eve Demailly, Flaminia Paddeu, Zoé Rolin et Jean-Louis Tornatore

publié dans Bastamag, le 5 mai 2020 sous le titre « Dans les quartiers populaires, imaginer le « monde d’après », n’en déplaise aux plus sincères, reste un luxe »


Nous y sommes.

Certains étaient sur qu’il arriverait. D’autres l’espéraient sans trop y croire. D’autres encore se sont découverts un nouvel horizon. Mais personne ne s’attendait à ce que finalement, cela se produise si vite. Le Covid 19 a tout balayé, emporté. Et le « monde d’après » est apparu. Évident. Incontournable. Indispensable.

Saturant l’espace médiatique, des dizaines d’interviews, d’appels et autres manifestes proposent, planifient, décrivent ce qui ne doit plus être et ce qui sera.

Nous y serions. Non.

Nous n’y sommes pas encore. Pas du tout.

Car imaginer le « monde d’après », n’en déplaise malheureusement aux plus sincères, reste un luxe. Un luxe que ne peuvent se permettre ceux pour qui la brutalité du monde d’aujourd’hui est une réalité à laquelle il est impossible d’échapper. Un luxe encore pour celles et ceux qui peuvent télétravailler pendant que d’autres ont l’obligation d’aller travailler chaque matin, la peur au ventre de contracter le virus.

Dans les quartiers populaires, pour rêver de l’après, il faudrait déjà que le présent soit décent. Le quotidien reste pourtant celui de l’indécence, celui de l’injustice sociale et écologique, celui de la stigmatisation. Coronavirus ou pas, le futur n’est ici jamais vraiment palpable et l’horizon précisément souvent indépassable.

La crise, sociale, politique, démocratique, sanitaire, écologique…, les quartiers la vivaient déjà, tous les jours, bien avant l’arrivée du Covid19.

Dans Le Monde du 19 avril, Sofia, jeune lycéenne de Clichy-sous-Bois y décrit « les droits qu’elle n’a jamais eu » et qui rendent la pandémie encore plus cruelle : « pas d’ordinateur à la maison, pas d’imprimante, un seul téléphone pour 4 enfants » et sa conviction qu’elle va s’effondrer, scolairement.

Le monde des lendemains qui chantent pour Sofia ne peut attendre un hypothétique après. Tous les manifestes et autres appels ne changeront pas son monde qui est le même depuis près un demi-siècle, peuplé de promesses, plans et engagements restés lettres mortes. Oubliée, la marche pour l’égalité et contre le racisme en 1983, ignorés les cahiers de doléance réunis suites aux émeutes de 2005, enterré le rapport Bacqué-Mechmache en 2013, méprisé le rapport Borloo en 2018.

D’occasions perdues en rendez-vous manqués, la liste est trop longue pour croire au hasard, pour ne pas y voir le refus de changer l’histoire. Une histoire que le Covid 19 est venu tragiquement rappeler à notre mémoire, dans un moment où précisément, et plus que tout autre auparavant, nos pensées étaient ailleurs. Dans une France pétrifiée par la brutalité de la pandémie et sidérée par un confinement inédit, la double injonction à rester chez soi et penser le « monde d’après » a largement accaparé les esprits.

Et il aura fallu finalement que de longues files d’attente s’étirent sur les trottoirs de Clichy- Sous-Bois pour que l’on prête attention à la catastrophe dans la catastrophe. Dans cette ville symbole des manquements de la République, celles et ceux qui attendaient ainsi patiemment leur tour n’avaient qu’un but : retirer leur colis d’aide alimentaire confectionné par des associations locales, AC Le Feu et Touscouleurs. Comme dans toute la Seine Saint Denis et l’immense majorité des quartiers populaires en France, les frigos étaient depuis plusieurs jours désespérément vides. Car avec la crise sanitaire, le chômage partiel est devenu la règle, marginalisant davantage encore une population déjà fortement paupérisée, et créant une nouvelle injustice, la plus terrible sans doute, celle d’être privée du droit à s’alimenter. Le Covid 19 a ici démultiplié la détresse sociale alors que la précarité économique, structurelle, touchait déjà de plein fouet femmes, hommes et enfants. Dans des territoires où le combat quotidien des travailleurs sociaux pour le mieux vivre passe aussi par le mieux manger, un nouveau cran a été franchi.

Comment dans ces conditions, comme le raconte Le Monde, cette mère de quatre enfants, dont le salaire ne suffit plus à financer l’achat de denrées pour nourrir les siens aurait-elle le temps de songer à l’après Covid 19 ?

Pour penser ce « monde d’après », il s’agit de regarder déjà au bon endroit et maintenant. Car aucun soleil ne se lèvera sur des nouveaux matins enchantés sans les quartiers et surtout, sans leurs habitants. Les associations locales, celles qui chaque jour tentent de colmater les trous béants laissés par des années d’errance de politiques de la ville, ne cessent pourtant de le répéter : ici, la population est force de propositions. Mais les pouvoirs publics, loin de s’appuyer sur les énergies locales, préfèrent parachuter des experts hors sol et des plans exceptionnels, médiatiquement mis en scène. En ce mois d’avril 2020, une nouvelle fois, la réponse politique à la détresse alimentaire vécue pendant le confinement est donc passée par l’exceptionnel, sous forme d’une aide d’urgence de 39 millions d’euros. Une preuve supplémentaire que pour les banlieues, tout est donc toujours affaire d’exception. A chaque crise, son cortège de mesures exceptionnelles, ou dans sa version sécuritaire, des lois d’exception, à l‘image des tristes couvre-feux de 2005.

Combien de temps faudra-t-il encore pour que ces territoires bénéficient des mêmes droits que les autres et ne soient plus soumis à cette politique de l’exception ? Mais surtout, comment imaginer que les quartiers puissent trouver leur place dans le « monde d’après » alors même que celui d’aujourd’hui ne leur en offre aucune ?

En préambule de leur rapport publié en 2013 dans le cadre de leur mission sur la participation dans la politique de la ville confiée par le ministre socialiste de l’époque, François Lamy, Mohamed Mechmache et Marie-Hélène Bacqué avaient choisi cette phrase : « Ça ne se fera plus sans nous ». Comme un écho lointain, dans ce « monde d’après » si joliment dépeint ces jours- ci, il est beaucoup question de solutions locales et d’autonomie. Les habitants et les associations des quartiers, depuis des années, ne disent pas autre chose et tentent d’inventer chaque jour, localement, un mieux vivre. Ce pouvoir d’agir et de faire ne demande qu’à être reconnu. Pour ne pas l’avoir entendu, les politiques de la villes successives se sont heurtées à l’incompréhension des populations lassées de ne jamais être associées aux décisions les concernant.

Pendant des décennies, l’État a ainsi pensé résorber, selon l’expression consacrée, « la crise des banlieues », en détruisant barres et tours, en réhabilitant à coups d’urbanisme grossier, les quartiers. Les habitants eux n’ont été que spectateurs d’un univers, le leur, que l’on bouleversait. De pans entiers de souvenirs personnels s’écroulaient, disparaissant dans les décombres de démolitions à grand spectacle. C’est la notion même de l’habiter qui était nié, balayant les liens et l’attachement aux lieux de vie.

A quelques jours de la fin du confinement, tous les « mondes d’après » ne vaudront rien sans penser à réhabiliter l’habiter dans les quartiers et permettre aux habitants de retrouver une fierté d’être, d’être enfin partie prenante d’une histoire sur un temps long.

« Le temps perdu qu’on ne rattrape plus » chantait un célèbre groupe de rock des années 80. Pour les quartiers, ne le perdons pas davantage à imaginer l’après, prenons soin maintenant du présent… avec les habitants.


Vous aimerez aussi...