L’école confinée, laboratoire du monde numérique

par Christophe Cailleaux, Amélie Hart-Hutasse et François Jarrige

publié dans Reporterre, 7 avril 2020

Lorsqu’Emmanuel Macron martèle à la télévision le 16 mars « Nous sommes en guerre« , l’heure est à la mobilisation générale et à l’union sacrée. Depuis le 13 mars, dans le monde éducatif, de la maternelle à l’université, les plus hautes autorités semblent faire passer la crise sanitaire après l’urgence de cette prétendue « union sacrée » pour la « continuité pédagogique », expression surgie comme pour conjurer l’impossibilité de poursuivre la vie normale. « Nous sommes prêts » pour l’enseignement numérique et à distance, prêts pour le basculement de tout un pan de la vie sociale vers son ersatz numérique. Vraiment ?

Le monde pédagogique a très vite été saturé par les discours sur le télétravail. Celui-ci reposerait sur un environnement numérique miraculeux censé nous permettre de ne pas nous arrêter face à la maladie, à ses conséquences intimes, sociales et économiques. Les moyens de communication numériques ne sont-ils pas l’une des solutions à la crise, permettant d’être confinés, tout en ne l’étant pas vraiment ?

Le confinement, articulé à la nécessité économique, impose un repli sur une sphère domestique dévorée par la sphère professionnelle, où seul le numérique semble capable de maintenir des liens avec le monde. Ces liens conservés à tout prix s’apparentent souvent à des chaînes lorsqu’ils sont imposés par des autorités (employeurs, Éducation nationale), sans plus aucun égard pour les rythmes de vie personnels et familiaux. Les analyses critiques de l’usage des écrans et du numérique dans leurs impacts sur les enfants, ou la planète, la mise en lumière des enjeux politiques de la surveillance, et de la marchandisation numériques, semblent devenus inaudibles en ces temps de crise. Il n’est pourtant ni prématuré ni indécent de s’interroger aujourd’hui sur les risques d’une accélération de l’intrusion numérique dans nos vies, dont l’école offre un observatoire édifiant.

Toute guerre a ses profiteurs de guerre

Les premiers à profiter de la « guerre » contre l’épidémie de covid19 pour leur agenda ont été les industriels du numérique éducatif, suivis de près par les responsables politiques. Le 5 mars l’association EdTech France fait paraître un communiqué pour offrir ses services agiles « à des conditions exceptionnelles » au pays en détresse, louant l’adaptabilité de « l’empire technologique » chinois parvenu à donner corps au slogan « Study must not stop » (https://edtechfrance.fr/actualites/). De fait, les professionnel·les de l’éducation, sur tout le territoire, ont commencé à recevoir des mailings publicitaires d’entreprises proposant leurs services. Le Canard Enchaîné du mercredi 18 mars cite le directeur général du réseau EdTech France : « Évidemment, on espère qu’il y aura des actes d’achat après cette période« . Que la décision d’un confinement de plus en plus strict relance la promesse d’un salut pédagogique  par le numérique n’a rien d’étonnant venant de marchands de numérique.

Mais c’est aussi tout un ensemble de discours politiques et institutionnels, vantant depuis des années l’apport des innovations technologiques dans l’enseignement, qui s’en trouve conforté. La « dématérialisation » est là, et dans la précipitation de l’impérieuse « continuité pédagogique« , la parole médiatique du ministre J.-M. Blanquer n’est plus une prise de position idéologique critiquable mais une évidence rassurante. Le ministre ne cesse de le claironner : « Nous sommes prêts« . 

Beaucoup ont déjà insisté sur le rôle des stratégies du choc dans les dynamiques du capitalisme technologique. Le choc épidémique du Covid-19 ne fera pas exception à la règle. L’épreuve épidémique aura de nombreux impacts indirects, qu’on peine encore à entrevoir, tant s’imposent d’autres urgences légitimes. Mais il fait peu de doute que le grand enfermement, l’atomisation généralisée, l’équipement accéléré en terminaux numériques, va nous faire franchir un cap potentiellement irréversible dans l’idéologie du tout numérique et du marché éducatif. Alors même que cette période prouve à quel point ces discours, ces promesses d’entrepreneurs et de politiques sont plaqués sur un réel qui leur résiste, en particulier dans le domaine des apprentissages et de l’enseignement.

Une école par temps d’épidémie

Dans les faits, personne n’était prêt. Immédiatement, personnels, parents et élèves ont été confrontés à la réalité d’une vraie rupture, d’autant plus brutale qu’elle ne fut en rien préparée, et continue d’être niée par l’usage du terme même de « continuité ». Se sachant investis d’une tâche essentielle et poussés dès les premières heures à être dans l’action, les enseignants se sont immédiatement précipités dans le travail. Face aux dysfonctionnements des rares outils de communication institutionnels existants, ils se sont lancés dans des initiatives en tous sens pour préserver le lien avec les élèves et les parents. La multiplication des dispositifs au sein d’un même établissement, et dans les familles, hors de toute concertation d’équipe (rendue quasi impossible par l’urgence sanitaire et l’abandon institutionnel) ont plongé beaucoup dans un état d’anxiété supplémentaire, au risque de multiplier les décrochages.

Malgré une situation d’urgence inédite et nécessaire dans l’Éducation nationale, le fait de confier aux familles le soin de transmettre un savoir que les élèves doivent acquérir ne peut qu’aggraver les inégalités, ont déjà souligné plusieurs spécialistes comme Stéphane Bonnery (https://www.youtube.com/watch?v=bTRP-2-ptrE&feature=youtu.be). Des mises en garde syndicales ont rapidement alerté sur les risques du tout numérique, sur les dangers qu’il y a à vouloir faire comme si tout était normal, comme si les examens et la scolarité allaient être peu impactés. Mieux vaudrait admettre la discontinuité fondamentale qu’introduit l’épidémie, comme l’a fait le Ministère belge de l’Éducation, qui a demandé aux enseignants de ne faire travailler les élèves que sur des méthodes et des savoirs déjà acquis. En France, c’est l’option inverse qui s’affirme chaque jour un peu plus, J-M Blanquer soutenant que les programmes doivent avancer pour préparer les élèves aux examens ! Quid des familles marginalisées socialement et territorialement, sans accès à internet ou matériel informatique suffisant ? Quid de la vraie fracture numérique qui se trouve dans des inégalités d’usage, de soutien tiers, éloignant plus encore les élèves de familles défavorisées des apprentissages ? Est-il bien raisonnable de demander aux familles déconnectées de briser leur confinement en se rendant dans les établissements pour récupérer des documents pédagogiques ?

Cette « continuité pédagogique » par le numérique n’existe pas, en l’absence des échanges directs et concrets de la salle de classe, des interactions innombrables en temps réel. Parents, élèves, enseignants sont enjoints, chacun dans leur coin, fragilisés, de trouver eux-mêmes des solutions pour remédier à l’incurie de nos dirigeants. Chacun se voit ainsi subir et faire subir (y compris à soi-même) une forme de pression pour trouver une normalité dans ce qui ne peut en avoir. Et, alors même que les solidarités et les repères quotidiens sont altérés sinon rompus, alors qu’il faut gérer en nous-même la difficulté et l’angoisse du quotidien, nous sommes sommés, dans l’urgence, d’assurer une continuité impensable. Cette exigence, ces pressions sont d’une violence inouïe. Cette accélération ne peut qu’affaiblir un peu plus des esprits et des corps qui ont besoin, plus que jamais, de temps. Ce temps que nous vole déjà l’urgence sanitaire, le gouvernement semble à son tour en nier la nécessité. 

L’école du jour d’après

L’urgence doit-elle nous précipiter plus encore dans la numérisation généralisée de nos vies ? Ne devrait-elle pas plutôt accompagner la prise de conscience de l’ambivalence profonde de ces outils très matériels ? Ils nous rendent évidemment service, pour certaines tâches précises, aident à maintenir des liens, voire à sauver des vies. Mais ils sont aussi des outils entre les mains des pouvoirs politiques et économiques pour faire reculer nos droits, nos horizons, et leur coût écologique croissant est incontestable. Le jour où l’air sera devenu irrespirable, proclamera-t-on une « continuité des mobilités » en appelant chacun à prendre sa voiture ? N’acceptons pas comme solutions miraculeuses des remèdes qui sont aussi des maux. Brisons enfin cette escalade en construisant de véritables alternatives.

Collectivement, nous devrons arracher du temps à ces forces qui cassent le monde et nous aliènent. L’arracher pour nous redonner la possibilité de prendre soin de nous, de nos proches, de l’école et, au-delà, de toute la société. Pour cela il faudra défendre le service public de l’enseignement, comme celui de la santé, car ils sont les seuls vecteurs possibles de l’égalité émancipatrice en dehors de toute sphère marchande. Ainsi, l’épreuve du Covid 19 pourrait être l’occasion de penser une école capable de nous outiller collectivement pour faire face au risque d’effondrement qui se dessine : une école de la solidarité et du partage pour défaire le règne de la compétition ; une école de la résilience et de l’apprentissage du vivant et de ses richesses, pour mettre fin à leur destruction systématique par le capitalisme ou par toute autre forme de productivisme ; une école de la liberté et des connaissances émancipatrices pour résister aux grandes manœuvres de la société de surveillance ; une école de plein air pour sortir de la peur et du confinement dans l’environnement artificiel des métropoles et des réseaux numériques.

Christophe Cailleaux, Amélie Hart-Hutasse et François Jarrige sont enseignants dans le secondaire et le supérieur, et ils ont contribué au livre collectif Critique de l’école numérique (éditions L’Echappée, 2019)


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search