Pas de transition sans transe. Essai d’écologie politique des savoirs

Jean-Louis Tornatore

  • Bellevaux, Éditions Dehors, Octobre 2023

La transition appelle la transe, telle est l’hypothèse de ce livre engagé dans la réflexion sur le monde à naître dans les ruines de l’Anthropocène. S’il est vrai que les dualismes (nature/culture, sujet/objet, etc.) ont façonné la modernité, on comprend que la transe en a été exclue et avec elle les rapports complexes au monde du vivant qu’elle autorisait. Déroulé en dix-sept tableaux, cet ouvrage s’appuie sur trois traditions occidentales, l’anthropologie, la recherche théâtrale et la philosophie pragmatiste pour suggérer la composition d’un art de transe pour le 21e siècle.

À parcourir les passages entre Nord et Sud, à considérer les résurgences de traditions marginalisées ou occultées, à reconnaître les luttes des peuples autochtones et leurs interpellations décoloniales, il interroge la possibilité d’un monde attentionné ; un monde où la transe, porte entre le visible et l’invisible, prend également une valeur métaphorique : est-il possible que l’Occident entre en transe ? Est-il possible qu’il s’ouvre à une écologie politique des savoirs et des différences et façonne avec elles et eux, et non contre, la réalité acceptable d’un monde à plusieurs mondes.

Jean-Louis Tornatore est anthropologue, professeur émérite à l’université de Bourgogne. Il travaille à déconstruire la catégorie de patrimoine «devant» l’Anthropocène. Il a co-initié en 2017 un atelier d’écologie politique engagé dans une approche critique et spéculative des transitions.

Présentation dans Lundimatin#400 : Transe, art pour un 21e siècle transi

Extrait : p. 17-29 (Introduction)

Sommaire

Pour changer d’histoire. Insurgences, résurgences et dénouements

Où le décor est planté et esquissé un programme spéculatif pour défaire (dénouer) le monde anthropocénique et nous (nous tous et nous toutes) trouver (inventer) une autre histoire pour continuer (durer) : à base d’insurgences (toujours) et de résurgences (intempestives).

1. Les jeux de la transe : échappées anthropologiques

Où il est dit que l’anthropologie, papillon happé par les mystères de la transe, de la possession et de l’extase, balance, sans renier sa nostalgie du monde-perdu, entre mise en scène théâtrale, soupçon d’inauthenticité et recherche d’efficace.

2. Avant la culture : le théâtre comme remontée aux sources

Où il est clair que la recherche théâtrale, de Grotowski à Barba, du théâtre des sources à l’anthropologie théâtrale, marche sur les brisées de l’anthropologie, dans un projet qui la double et se demande : qu’y a-t-il avant la culture ?

3. Histoire de l’anthropologue (scène)

Où l’anthropologue tente de comprendre comment sa quête de culture(s), c’est-à-dire en propre, littéralement, la réitération sans fin de « l’invention de la culture », le plonge dans un état de transe et altère sa concience.

4. Pluralités jamesiennes : les expériences d’un psychiste

Où l’on découvre comment le pragmatiste William James a nourri sa philosophie d’expériences psychistes, en sorte que le philosophe et le psychiste se sont accordés dans la conception d’un monde pluriel, toujours en train de se faire et toujours susceptible d’échapper pour une part à la raison scientifique

5. Un seul côté

Où il est confirmé que, du point de vue du pragmatisme, art des passages et des transitions, non seulement nous ne sommes pas seuls au monde, mais celui-ci n’a pas d’extériorité.

6. La revanche du rituel : passages Nord-Sud

Où les anthropologues remarquent que le rite n’a pas déserté la scène des sociétés complexes, que les Européens peuvent être agis dans un rituel moderne qui ne se reconnaît pas comme tel, et qu’en somme, s’y joue encore et toujours la recherche d’une continuité entre le langage et le monde : pour retrouver le monde.

7. Temporadas, entre temps

Où il est expérimenté, dans une petite ville du Languedoc, que le théâtre d’Oc, théâtre ancré, est l’agent de réinvention de rituels carnavalesques où se mêlent et s’embrouillent, dans un jeu de danse et de transe spectaculaire, rire, mythes et politique.

8. Femmes, rituels, magie et action politique

Où l’on se souvient que, dans les années 1980, les écoféministes américaines ont inventé également des rituels au moyen desquels elles trompaient leur peur de la menace nucléaire et ont fait de la magie une arme politique de changement.

9. Pour une anthropologie continuiste : passages Sud-Nord

Où il est question d’ouvrir un passage Sud-Nord aux ontologies cannibales et aux anthropologies inversées, altérées et mineures et d’ouvrir la possibilité de mettre sur le même plan mythe et philosophie, science et magie et d’en penser l’alliance pour d’autres manières d’en connaître.

10. Aux êtres de nos attentions

Voilà que le Nord, convaincu de la politicité intrinsèque des rituels, se voit invité à accueillir les extériorités d’ailleurs et d’ici, à apprendre à apprendre pour apprendre d’elles, à tenter le réenchantement compris comme attentionnement.

11. Les voies de l’imagination

Où l’anthropologie du chamanisme et la science de l’hypnose se rejoignent pour faire de l’imagination la pièce maîtresse de pratiques, là-bas ou ici, réputées faire voyager et agrandir la perception : cette faculté idéo-motrice offre une explication naturaliste à une tradition proprement occidentale de la transe.

12. Devenir-transeur.se

Où se déploie un geste de passage, de la transe chamanique à la transe cognitive auto-induite, fondé sur l’intuition d’une ressource cognitive dormante accessible à (presque) tou.te.s et sur le souci, pour la faire valider et reconnaître, d’en passer par « notre » langage, celui de la science : une question alors se pose, comment faire transer la science ?

13. Passage : des communautés contre la totalité

Où se profile une autre question relative au régime d’attention et de soin que la transe cognitive auto-induite porterait en germe : « savoir situé » plutôt que « clinique des individualités », elle attend de définir son lieu et de dessiner les contours de sa communauté.

14. Manifeste pluriversel

Où l’on peut comprendre que l’ontologie n’est pas qu’un autre mot pour dire la culture et que le fameux tournant du même nom instaure une méthode de « pensée au fond des choses » qui maintient vive la « surprise » de la rencontre, conçoit l’altérité comme radicale, et célèbre la différence « selon ses propres termes ».

15. Leçons d’ontologie politique

Où il nous faut reconnaître que si l’ontologie politique promeut une méthode de décolonisation de la pensée, l’enfer reste pavé de bonnes intentions : c’est ce que « nous » renvoient des penseurs et penseuses autochtones lorsqu’ils et elles constatent que leurs philosophies persistent à être invisibilisées et s’offusquent de notre prétention à prôner le devenir autochtones.

16. De l’écologie des savoirs : se libérer, désobéir, accueillir

Où la transe apparaît finalement comme une sorte d’index, au sens de Pierce, de l’écologie des savoirs prônant la désobéissance épistémique et appelant à déplacer et diffracter le centre de gravité du lieu de la pensée pour déjouer les pièges de l’intériorité et du prisme occidental.

17. Un art de transe pour le 21e siècle

Où il est temps de conclure et de se demander, d’un sens propre à un sens métaphorique, s’il est possible que l’Occident entre en transe.

Après tout. L’anthropologue, le théâtre et la transe

Où l’on tente de ressaisir, dans un dernier mouvement, ce que le théâtre peut faire à l’anthropologue porté.e par le vœu manifeste que la transe ne s’arrête pas et que la pensée avance toujours un peu plus loin.



Citer ce billet
ateliertransitions (2023, 2 novembre). Pas de transition sans transe. Essai d’écologie politique des savoirs. Penser les transitions. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/utqc

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search