Il n’y a pas de transition énergétique

par François Jarrige et Alexis Vrignon

tribune publiée dans Le Monde, 28 février 2020

Alors que les records de chaleurs tombent les uns après les autres, que l’Australie brûle et que les mouches découvrent l’Arctique, les discours en faveur d’une transition énergétique vers les énergies renouvelables se multiplient dans les arènes de pouvoir. Ils mettent généralement en avant des solutions technologiques pleines de promesses, qu’il s’agisse de batteries toujours plus performantes, de parcs solaires géants à l’énorme potentiel productif ou encore du recours à l’hydrogène pour permettre une mobilité « propre ».

Après deux siècles de fascination pour les énergies fossiles, qui auraient vus le pétrole puis le « gaz naturel » succéder au charbon, la transition énergétique serait désormais en marche. Elle traduirait une prise de conscience récente des sociétés dont le salut dépendrait d’innovations technologiques qui, idéalement, assureront une disponibilité en énergie équivalente ou même supérieure à ce que le monde connaît aujourd’hui. Tels sont les axiomes qui structurent l’approche dominante de la transition énergétique. En premier lieu celle de l’actuel gouvernement qui, après avoir annoncé en pleine crise des Gilets jaunes que la transition écologique serait au cœur de l’acte II du mandat présidentiel, s’est contenté de mesures limitées et d’encouragement aux innovations censées être « bas carbone ». Sans jouer les prophètes de malheur, l’histoire environnementale conduit à émettre de sérieux doutes à l’égard de ce grand récit de la transition à venir.

Trop souvent, la transition est conçue comme un processus linéaire qui verrait le passage d’une source d’énergie – ou un ensemble de sources – à une autre. Le charbon ? Une énergie du passé qui a permis l’industrialisation au XIXe siècle. Le pétrole ? Le moteur de la société de consommation du XXe siècle dont le règne toucherait à sa fin, supplanté à l’avenir par l’éolienne, le panneau solaire et, selon certains, la centrale nucléaire. Pourtant un tel schéma, qui repose sur l’idée rassurante que les sociétés cheminent selon un progrès inéluctable, dans ce domaine comme dans les autres, n’a pas lieu d’être car l’époque contemporaine n’a jamais été marquée par la simple succession des énergies.

Imaginons une région dont la grande majorité des foyers utiliseraient des chauffe-eaux solaires, dont les villes bénéficieraient de denses réseaux de tramways et où les éoliennes et la biomasse joueraient un rôle important dans les zones rurales. Tel est le cas en Californie dans les premières années du XXe siècle. Eloignée des principaux foyers d’extraction de charbon et de pétrole, cet Etat américain reposait sur un autre mix énergétique avant que la découverte d’importants champs pétrolifères ne change la donne. Or, il ne s’agit pas d’un cas isolé, d’une écotopie avant l’heure : l’histoire de ces deux derniers siècles foisonne de systèmes énergétiques alternatifs, d’expériences et de recherches multiples pour répondre aux besoins des populations sans passer par les sources d’énergies fossiles coûteuses et dangereuses. Longtemps, le recours à la force animale a ainsi été perçu par beaucoup d’acteurs modestes comme un choix raisonnable face à la puissance des combustibles fossiles. L’hydraulique a dominé le mix énergétique des sociétés du XIXe siècle tandis que le solaire a été envisagé comme une alternative au charbon dans l’Algérie coloniale des années 1870. Dès la fin du XIXe siècle, les éoliennes de pompage et de production d’électricité se répandent dans les campagnes américaines – constituant encore aujourd’hui un emblème de l’Americana – avant d’être marginalisées par l’électrification du territoire.

 On serait tenté de considérer que ces alternatives n’ont laissé que peu de traces dans la mémoire collective du fait de leurs faiblesses techniques évidentes et de la supériorité intrinsèque du charbon puis du pétrole. Tout entier absorbé par la célébration du « roi charbon » et de ses successeurs, le monde n’aurait pris conscience que tardivement des conséquences néfastes du recours massif aux énergies fossiles. Mais cette lecture est myope et partielle, elle nous entretient dans l’illusion que nous serions enfin devenus conscients, et dès lors capables d’agir. En réalité, l’histoire nous montre plutôt que dès le XIXe siècle, des voix discordantes nombreuses se sont fait entendre pour dénoncer les nuisances suscitées par ces nouvelles sources d’énergie ou alerter sur leur épuisement, soulignant la pertinence d’autres solutions moins chères, plus sobres et efficaces. Mais ces doutes anciens et ces alternatives ont été très largement marginalisés et oubliés.

Cette marginalisation ne relève pas d’une simple sélection naturelle ; sans méconnaître les difficultés techniques, ce sont avant tout des processus politiques, sociaux et économiques qui ont été à l’œuvre. Les intérêts des grandes entreprises de production d’électricité – nationalisées comme privées –, la propension à la centralisation des processus de décision, l’hégémonie culturelle d’un imaginaire d’ingénieur et de technocrate qui disqualifie les bricolages et les low-tech, qui refuse d’envisager la décroissance des consommations au nom de la sacro-sainte croissance du PIB, ont joué un rôle décisif dans l’avènement des systèmes énergétiques actuels fondés sur la production toujours croissante d’énergie. Si la puissance installée des énergies renouvelables ne cesse de croître, celles-ci s’ajoutent pour l’heure aux autres sources d’énergie au lieu de s’y substituer, elles visent à maintenir les modes de vie polluants et les subjectivités consuméristes actuelles, au lieu d’accompagner leur disparition. 

Face à l’urgence climatique, à l’effondrement de la biodiversité et à la nécessité de penser et de construire un autre modèle énergétique, il convient de regarder en face les situations et les expériences passées. Les débats énergétiques n’ont jamais été une question uniquement technique. Même brièvement, des alternatives énergétiques viables ont existé. D’autres voies ont été possibles et ont été expérimentées, et cette approche contrefactuelle permet d’espérer que d’autres futurs demeurent envisageables.



Citer ce billet
ateliertransitions (2020, 28 février). Il n’y a pas de transition énergétique. Penser les transitions. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/utpa

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search