14 septembre – Quand la Terre se soulève

Séance de rentrée de l’Atelier d’écologie politique de Dijon autour des livres Graines d’Engrenage (Éditions Mutine, 2023) et On ne dissout pas un soulèvement (Le Seuil, 2023)

Salle Chevrier, bâtiment Droit-Lettres, université de Bourgogne, de 14h à 17h.


Face aux urgences et aux multiples crises écologiques et sociales qui s’intensifient, la question des luttes et des répertoires d’action protestataires occupe depuis plusieurs années le devant de la scène, la question des formes de lutte, des modes d’action ressurgit au cœur des préoccupations face aux échecs de l’écologie institutionnelle et des petits gestes citoyens.

Un nouveau milieu militant et radical, porté par la forme ZAD, s’invente afin d’affronter les défis du présent. Il est frappant de constater combien ces militantes et militants sont aujourd’hui criminalisé.e.s, qualifié.e.s d’« écoterroristes » par un pouvoir aux abois et soumis à la pression des intérêts privés. L’émergence d’un nouvel activisme pour le climat et notamment l’essor des « Soulèvements de la Terre » depuis 2021 actent sans doute un changement d’époque marqué par l’essor d’une désobéissance civique et la légitimation de nouvelles formes d’action directes afin de « désarmer » et démanteler les industries et les infrastructures les plus toxiques.

Les Soulèvements de la Terre sont d’abord un appel et une campagne d’actions initiées en plein confinement au cours de l’année 2020. Ils se présentent comme un acte de résistance et de sursaut de vie pour « arracher les terres à l’exploitation capitaliste » et défendre le vivant alors que partout planait la mort. Il est né d’une rencontre, sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, de paysans, d’écologistes jeunes et moins jeunes, de militants et chercheurs engagés. Relayé par des dizaines d’organisations, l’appel invitait à une saison d’occupations et de rassemblements qui a commencé à Besançon, au jardin des Vaites, avant de se diffuser sur l’ensemble du territoire en multipliant les actions spectaculaires, jusqu’aux mobilisation du printemps 2023 contre les mégabassines dans les Deux-Sèvres, l’autoroute Toulouse-Castres ou le tunnel Lyon-Turin.

D’abord peu relayées par les médias, ces initiatives et ces actions contre la « réintoxication du monde » ont peu à peu acquis une visibilité croissante, jusqu’à l’interdiction décidée par le gouvernement et l’arrêt du Conseil d’État qui casse finalement cette décision en août 2023.  

Cette séance de l’Atelier Transition propose de revenir sur ces enjeux et questions à partir de la présentation des essais récents On ne dissout pas un soulèvement. 40 voix pour les Soulèvements de la Terre publié en juin 2023 (Le Seuil) en soutien au mouvement, et Graines d’Engrenage paru en mai 2023 (Éditions Mutine) qui retrace la lutte de la ZAD des Jardins de l’Engrenage face au projet immobilier Garden State à Dijon entre juin 2020 et juillet 2021.

Comment agir face à l’artificialisation du monde, quelles stratégies d’action sont légitimes et/ou efficaces, qu’impliquent concrètement les reprises de terre, et comment affronter le durcissement de la répression des pouvoirs locaux comme nationaux ? Autant de questions vives auxquelles nous vous invitons à débattre lors de cette séance de rentrée de l’atelier d’écologie politique de Dijon.

La séance sera animée par Caroline Gaheu, co-autrice de Graines d’Engrenage, et François Jarrige, contributeur de On ne dissout pas un soulèvement.



Citer ce billet
ateliertransitions (2023, 19 août). 14 septembre – Quand la Terre se soulève. Penser les transitions. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/utq8

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search