Que mille ZAD éclosent comme autant de coquelicots bornant un champ de blé gavé de pesticides !

Avril 2023 : Appel à textes pour le Vocabulaire critique et spéculatif des transitions

Palissade de la Zad du triangle de Gonesse, février 2021, VVVCFFrance

En novembre 2016, alors que la situation de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes était très tendue et incertaine – le référendum avait donné la majorité au oui à l’aéroport –, une soixantaine d’universitaires, chercheur.es, intellectuel.les, écrivain.nes, artistes avaient apporté leur soutien en érigeant, dans un amphi de l’EHESS et lors qu’un week-end sur les lieux, une « barricade de mots » en forme d’abécédaire de la Zad. Si l’initiative a pu être critiquée au sein même de la ZAD donnant l’occasion à quelques-un.es de ses habitant.es d’exprimer leur méfiance à l’égard « des sociologues et des intellectuel.les » (voir le texte Intellos, poil au dos), elle avait quand même laissé percer un intérêt manifeste voire de l’enthousiasme pour une expérience dont pourtant, certaine.s, par leur mode de vie, étaient à des lieues de distance. En somme, même dans son ambiguïté, elle apportait la preuve que la ZAD était devenue une figure publique de la contestation, la figure d’une capacité d’insurgence contre les projets destructeurs associés au monde de la modernité capitaliste et extractiviste.

Sept ans plus tard, la charge du ministre de l’Intérieur annonçant la création d’une cellule anti-ZAD, et n’hésitant pas pour l’argumenter à reprendre le langage de l’extrême droite, confirme s’il en fallait sa puissance politique, nécessairement devenue dès lors à abattre. Son entrée dans le langage courant lui vaut une définition dans le Larousse qui ne se méprend pas sur sa portée subversive, en la déclarant au service de « l’environnement et des populations locales ». (Et même lorsque la cheffe du RN accuse Mélenchon de vouloir transformer l’Assemblée nationale en ZAD !) Ainsi, la zad, désignation commune de la contestation d’extrême gauche, devient l’indicateur de la dérive très droitière du gouvernement. Si l’annonce du ministre pousse à interroger les limites de la représentativité politique dès lorsqu’elle est contenue dans des institutions soumises au présidentialisme du pouvoir, elle invite aussi à réaffirmer ce qui a fait la force de la ZAD, avec majuscules, et des ZAD un peu partout semées, en tant qu’instances de défense construisant les objets de leurs luttes comme la métaphore d’une opposition majeure entre mondes – et entre conceptions du monde. Aujourd’hui, c’est la ZAD qui est à défendre, non plus celle de Notre-Dame-des-Landes, mais la ZAD, figure politique majeure qui porte haut les désespoirs de nos milieux de vie abîmés ou détruits par la force mortifère du techno-capitalisme et les espoirs d’un monde à construire, un monde pluriel et qui dit surtout le monde dans lequel nous voulons, pouvons plus vivre, parce que précisément, ennemi de la vie, il ne le permet pas.

Il nous revient à nous, intellos de tous poils (au dos), de prendre part à ce travail de défense et publicisation d’une forme vivante qui ne peut être ni criminalisée ni réduite aux caricatures dont le pouvoir l’affuble. Il faut la dire et la redire dans la vérité du présent qu’elle rejette et du futur qu’elle porte. L’atelier d’écologie politique « penser les transitions », de l’université de Bourgogne, ouvre, sans penser même un instant la refermer, une entrée « ZAD » dans le Vocabulaire critique et spéculatif des transitions qu’il publie. À chacune et chacun d’y contribuer.

Consulter l’entrée ZAD



Citer ce billet
ateliertransitions (2023, 7 avril). Que mille ZAD éclosent comme autant de coquelicots bornant un champ de blé gavé de pesticides ! Penser les transitions. Consulté le 5 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/utq3

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search