On arrête (parfois) le progrès. Histoire et décroissance

François Jarrige
  • Paris, Éditions L’Échappée, octobre 2022

Saviez-vous qu’au siècle de la machine à vapeur, on s’inquiétait déjà de la surconsommation d’énergie et des limites à la croissance ? Pensiez-vous que la « fée électricité » avait été rejetée par des réfractaires au confort moderne, soucieux de ne pas dépendre de grands systèmes techniques ? Imaginiez-vous que nos ancêtres fustigeaient les automobilistes « écraseurs » et s’en prenaient à l’accélération des transports ? Que des travailleurs s’opposaient au sacro-saint « développement des forces productives » ? Que des écologistes avant l’heure alertaient sur la destruction de la nature par la civilisation industrielle ?

Contrairement au fameux adage selon lequel « on n’arrête pas le progrès », le recours à l’histoire démontre qu’il n’y a pas de fatalité technologique. L’humanité n’est pas vouée à s’adapter, résignée, à l’implacable règne des machines. La course à la puissance a toujours fait face à de profondes remises en cause.

Les textes réunis ici s’appuient sur la mémoire de ces résistances pour nourrir la réflexion actuelle autour de la nécessaire décroissance. Alors que l’expansion indéfinie nous conduit à l’abîme et que l’artificialisation du monde s’intensifie, des bifurcations restent possibles. Et elles sont vitales.

François Jarrige est historien, maître de conférences à l’université de Bourgogne, il a notamment publié Technocritiques. Du refus des machines à la contestation des technosciences (La Découverte, 2014) et La Contamination du monde. Une histoire des pollutions à l’âge industriel (avec Thomas Le Roux, Seuil, 2017).



Citer ce billet
ateliertransitions (2022, 30 octobre). On arrête (parfois) le progrès. Histoire et décroissance. Penser les transitions. Consulté le 5 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/utpw

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search