23 juin – Du droit au territoire conféré par l’État vers le droit vécu et les normativités innues : quelles pistes pour penser un droit enraciné ?

Conférence de Doris Farget, professeure au Département des sciences juridiques de l’Université du Québec à Montréal

de 13 à 15h, salle Georges Chevrier (3e étage), bâtiment Droit-Lettres, côté Droit.


Dans le cadre de cette présentation, je partirai de mon expérience à titre de juriste pour faire état, d’une part, des normes qui protègent les droits territoriaux des peuples autochtones en droit international et interaméricain et, d’autre part, du régime constitutionnel qui encadre les droits territoriaux des peuples autochtones au Canada, en particulier l’article 35 de la Loi constitutionnelle de 1982. J’expliquerai ensuite comment mon apprentissage de la recherche collaborative avec les peuples autochtones, en particulier en contexte Innu*, me permet de réarticuler ma réflexion sur le droit tel qu’il est vécu par les justiciables autochtones, mais aussi sur ses failles et de recentrer mon regard sur des formes de normativité produites directement par les Autochtones eux-mêmes.

*Peuple autochtone dont le territoire ancestral est situé à l’Est de la péninsule du Québec-Labrador, dans les des régions de la Côte-Nord et du Saguenay-Lac-Saint-Jean au Québec.


Doris Farget est docteure en droit des Universités de Montréal et d’Aix-Marseille.  A avoir effectué deux stages postdoctoraux dont l’un au Département d’anthropologie de l’Université McGill, elle est aujourd’hui professeure au Département des sciences juridiques de l’Université du Québec à Montréal et directrice du Groupe de recherches interdisciplinaires sur les affirmations autochtones – Centre interuniversitaire d’études et de recherches autochtones (GRIAAC-CIÉRA-Montréal).

Publications récentes :

« On peut pas rien faire, même si on crie, il nous écoute même pas » : Une expérience du droit à la consultation pour la communauté innue d’Ekuanitshit », Les cahiers du droit, 61(4), 2020, p. 913-936.

« L’effacement du droit au consentement préalable, libre et éclairé des peuples autochtones dans le discours des juges interaméricains », Revue Canadienne Droit et Société, 34(3), 2019, p. 417-436.



Citer ce billet
ateliertransitions (2022, 23 mai). 23 juin – Du droit au territoire conféré par l’État vers le droit vécu et les normativités innues : quelles pistes pour penser un droit enraciné ? Penser les transitions. Consulté le 5 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/utpt

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search